Myrto Tripathi est la présidente des Voix du Nucléaire depuis sa création le 20 mars 2018.

L’idée puis l’initiative de cette association lui vient après trois années passées à graviter dans ce qu’il est commun d’appeler le « circuit des COP », à côtoyer et participer au mieux à tout cet effort, institutionnel mais aussi sociétal des entreprises et des associations de la société civile pour « sauver le climat » et par la même « la planète ». Pendant trois ans elle réalise que l’intérêt immense suscité par le sujet n’est égalé que par le peu d’intérêt porté à la technique et à l’efficacité des solutions proposées. Des quantités astronomiques d’argent sont englouties, des hommes et des femmes politiques s’engagent, des citoyens se mobilisent et réalisent des sacrifices concrets sur leurs modes de vie et pourtant rien ne se passe. Malgré 40 ans d’engagement climat et le mix énergétique mondial reste quasi inchangé et les émissions continuent de s’accumuler voire de croître. Des gens meurent, des espèces disparaissent, et ça ne fait que commencer.

Elle apprend trois choses :

  • Que le changement climatique est bien plus grave que ce qu’elle pensait en avoir compris
  • Que l’énergie nucléaire doit être utilisée massivement pour contribuer à remplacer part les 80% d’énergies fossiles qui alimentent aujourd’hui la planète (avec l’hydroélectricité, l’éolien et le solaire, là où les énergies fossiles sont encore) et que sans le nucléaire le problème ne trouvera pas de solution
  • Que ceux qui fondent les décisions et construisent la narration n’en parlent pas et qu’une part non négligeable de l’effort fourni va à combattre l’énergie nucléaire plutôt que le changement climatique
  • Alors qu’elle avait quitté le domaine du nucléaire pour participer à la lutte contre le changement climatique elle se rend compte que le meilleur moyen de le faire est justement d’y retourner. Le tabou et la mécompréhension qui entourent cette technologie doivent être levés, les Voix du Nucléaire vont tenter d’y contribuer.

Myrto Tripathi est également, depuis fin 2014, conseillère de Brice Lalonde, ancien ministre de l’environnement, ambassadeur de France pour le climat, sous-secrétaire de l’ONU et coordonnateur exécutif de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio + 20), en tant que président du Business & Climate Summit et de l’Académie de l’eau. Leur collaboration réussie est ancrée dans leur conviction commune que le climat est l’enjeu déterminant de notre époque et que les entreprises ont un rôle important à y jouer. Elle considère en effet que la mobilisation de l’outil de production et de transformation est en effet indispensable à la bataille contre le changement climatique. Porteuses d’innovation et de changement des pratiques industrielles et de consommation, les entreprises sont réellement globales et tout autant impactées par les conséquences du changement climatique qu’impactantes.

Avant de rejoindre Brice, Myrto avait dix ans d’expérience à AREVA, où elle a débuté sa carrière en 2004 en tant que chef de cabinet du directeur Mines-Chimie-Enrichissement, avant d’être en charge de la stratégie du secteur Combustible, puis de la vente en Inde du combustible, matières comprises, associés aux futurs EPR™ de Jaitapur et enfin de la vente de l’EPR ™ à la Suède.

Elle est ingénieur industriel de la North Carolina State University (États-Unis), diplômée de la grande école HEC et de la 66ème session de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale.