Pourquoi payer plus quand on peut polluer moins ? Pour un contrat « électricité 100% nucléaire » !

Encore plus décarbonée que le 100% renouvelable, des consom-acteurs demandent une offre 100% nucléaire.

 

Face aux offres d’électricité d’origine garantie « 100 % renouvelable » des consommateurs demandent une « origine nucléaire »

Tribune de Jean-Luc Salanave

Qui ne s’est jamais vu proposer un contrat électrique d’origine « 100 % renouvelable » ? Certes, personne n’est dupe que le tri des électrons est une illusion et que les électrons nucléaires, très  majoritaires, franchiront aussi notre compteur. Mais les électrons « verts » sont à la mode !

Signez la pétition !

Or, des consommateurs expriment de plus en plus leur intérêt pour une offre qui, curieusement, n’existe pas aujourd’hui: une électricité d’origine garantie nucléaire.

Qui sont donc ces consommateurs qui n’ont pas peur du nucléaire ? Certains avouent être des guéris du « virus de la peur du nucléaire » qui avait été propagé après Chernobyl et Fukushima.

Ils ont en commun trois motivations pleines d’optimisme, dont l’esprit tient en ces quelques mots : pourquoi dépenser plus quand on peut polluer moins.

Motivation n°1 : l’électricité nucléaire est bonne pour le porte-monnaie du consommateur

Depuis 40 ans la France produit une des électricités les moins chères d’Europe. Et cela n’empêche pas l’électro-nucléaire de rapporter des milliards de dividendes à l’État et au contribuable, ni d’avoir fait de la France le premier exportateur mondial d’électricité bas-carbone.

A l’opposé du nucléaire, il faut bien reconnaître que solaire et éolien ne survivraient pas sans les 7 milliards d’euros annuels de subventions que financent les taxes sur nos carburants.

Et le nucléaire ? Il a été entièrement financé par des emprunts et fonds propres industriels, et il a remboursé la recherche publique par de juteuses redevances. Le contribuable n’a pas mis la main à la poche ; notre première transition écologique (1977 à 2007) s’est faite sans « gilets jaunes ».

Les coûts ont en effet été répercutés uniquement sur les prix aux consommateurs. Et, bien que la loi de notre pays ait imposé d’y ajouter les provisions pour dépenses futures (démantèlement et gestion des déchets), les prix français sont pourtant restés à près de la moitié des prix allemands.

Puis est apparu un autre « virus », celui du solaire photovoltaïque, avec dès 2009 les premières « poussées de fièvre » sur les tarifs de rachat : 630 euros par MWh (vingt fois plus cher que le MWh à 30 euros de Fessenheim!), garantis jusqu’en 2029, que nous n’avons pas fini de payer et qui explique une part des 121 milliards de dette « verte » dénoncés par la Cour des Comptes.

Depuis leur introduction trop prématurée il y a dix ans les renouvelables intermittents ont fait bondir de près de 50 % le montant de nos factures électriques selon l’INSEE ; et ce sera bien plus quand il faudra demain stocker l’électricité solaire sur de très coûteux lithium et autre hydrogène.

Motivation n°2 : l’électricité nucléaire est celle qui a le plus faible impact sur le climat

L’électricité nucléaire émet 12 grammes de CO2 par kilowattheure en moyenne mondiale selon le GIEC. 6 gCO2/kWh en Suède grâce à son nucléaire. Seulement 4 gCO2/kWh en France, car le cycle est «made in France» et utilise de l’électricité décarbonée pour enrichir l’uranium, traiter les déchets, recycler les combustibles, construire les réacteurs.

En d’autres termes, l’électronucléaire est donc la meilleure option climatique pour la France car il émet 3 fois moins de CO2 que l’hydraulique ou l’éolien, 14 fois moins que le photovoltaïque importé de Chine et plus de 100 fois moins que les centrales au gaz ou au charbon !

Motivation n°3 : la confiance dans une solution d’avenir qui fonctionne depuis 40 ans

Réclamer une origine 100 % nucléaire c’est avoir confiance dans une filière dont les garanties de succès pour gagner la bataille mondiale du climat sont déjà acquises. En France c’est 2000 années-réacteurs d’expérience cumulée sans accidents et quasi sans CO2 depuis 40 ans.

Surtout, c’est afficher sa confiance dans les 220000 femmes et hommes qui font le succès technique et environnemental de cette filière ; ils gèrent nos déchets à notre place, de façon exemplaire, et ils ont su trouver des solutions durables à toutes les difficultés rencontrés.

Ses performances exceptionnelles font du jeune nucléaire une énergie d’avenir. Non seulement le nucléaire d’aujourd’hui répond déjà aux défis futurs, mais la recherche finalise les réacteurs de génération IV, champions d’une économie circulaire quasi renouvelable, car ils sont en train de repousser à plusieurs millénaires la durabilité de la ressource naturelle en uranium.

Ne nous y trompons pas, la France n’est plus leader mondial du nucléaire, ni la seule à mettre des espoirs dans cette énergie pour gagner la bataille climatique. La Chine est devant nous, elle qui depuis 10 ans démarre un nouveau réacteur nucléaire tous les deux mois. Et en Suède, Kärnfull Energi propose déjà son « électricité intelligente 100 % nucléaire face au climat ».

Kärnfull Energi, qui propose déjà son « électricité intelligente 100 % nucléaire face au climat »

Rejoignez les signataires de la pétition.

Demandez à votre fournisseur d’électricité une origine nucléaire garantie.

En 2020, pas moins de 73 concurrents d’EDF ont demandé à la Commission de Régulation de l’Énergie un accès à prix coûtant à notre électricité nucléaire nationale. Faisons valoir nos droits et nos intérêts de consommateurs éco-responsables !

Une consultation en forme de pétition nationale a déjà recueilli 2000 premières adhésions : «Mon geste pour le climat: je demande un contrat électrique d’origine garantie 100% nucléaire ». 

Signez la pétition !

Twitter

Grand dossier

Lettre ouverte aux nouveaux députés

Pin It on Pinterest