La deuxième Nuclear Pride Fest à Bruxelles

La deuxième Nuclear Pride Fest à Bruxelles, le dimanche 28 avril, fut une réussite !

 

Des citoyens qui chantent leur attachement à l’utilisation de l’énergie nucléaire, en réponse aux enjeux des hommes et de la planète, c’est de plus en plus fréquent !

Ce fut une journée festive et scientifique, où chacun exprima sa gratitude et sa confiance dans le progrès.

Après Munich en 2018 et avant Paris le 20 octobre 2019, Bruxelles était #ThePlaceToBe ce week-end là pour l’écologie Européenne ! C’était donc la deuxième fois qu’une Nuclear Pride Fest (Fête de la fierté nucléaire) était organisée.  #NuclearPrideFest

Des stands d’information visant à prôner les avantages de l’énergie nucléaire ont été tenus ce dimanche, durant toute la journée, au Carrefour de l’Europe, devant la gare centrale à Bruxelles, dans le cadre de l’événement intitulé “Nuclear Pride Fest”.

Des banderoles et des ballons décoraient les stands. Des personnes déguisées en ours polaires assuraient l’animation et des chansons ont été entonnées pour apporter une ambiance festive à cet événement organisé par la Nuclear Pride Coalition, une initiative citoyenne internationale en faveur du nucléaire.

La “Nuclear Pride Fest” a été portée par des personnes venues de différents pays en Europe et par Michael Shellenberger, économiste et fondateur du Think-Tank Environmental Progress (États-Unis). Des prises de parole ont été organisées.

“On veut dire aux politiciens de ne pas faire l’erreur de sortir du nucléaire, parce que ce serait néfaste pour l’environnement et les citoyens seraient amenés à payer plus cher leur énergie”, défend Paul Bossens, co-fondateur du mouvement citoyen belge “100TWh”. “Les solutions alternatives ne sont pas assez développées pour remplacer le nucléaire. On nous parle du gaz naturel, mais ça produirait plus de CO2 et ça nous coûterait plus cher. (…) Des gens nous disent qu’il y a une énorme pression sociale pour dénoncer le nucléaire et qu’ils n’osent pas dire qu’ils sont favorables à son maintien. D’autres disent qu’ils manquent d’informations pour se positionner”.

Au niveau de la sécurité, il a rappelé qu’ « en Belgique, en 50 ans, on n’a eu aucun incident grave et c’est la même chose dans les autres pays de l’UE et aux États-Unis. L’aspect sécurité est particulièrement poussé dans ce secteur ».

L’aspect compétitivité a également mobilisé les Belges. La menace de la fin de leur industrie de l’Aluminium (et d’autres par effet domino), liée à une électricité produite à partir de gaz importé dont le prix augmente, suscite une forte inquiétude. (cf #thread twitter ici ou l’article ici)

Nos ours polaires ont eu beaucoup de succès, avec leur message : “Seul l’Uranium peut prévenir le changement climatique” (Sans lui, les énergies renouvelables ne suffiront pas.)

Revue de presse

Le reportage de la chaîne RTBF  “Nuclear Pride Fest à Bruxelles, une animation vante les mérites du nucléaire pour l’environnement” a été entre autres relayée par Agence Belga et sur le RTL belge, sur la chaîne Metrotime et sur les sites knack.be, 7sur7.be et theworldnews.net. Le journal Zeeuws Nieuws y consacre un article, comportant le logo de la #NuclearPrideFest.

Notre ami Paul Bossens a bien résumé les objectifs de la Nuclear Pride Fest et de son association citoyenne 100 TWh, retrouvez ici les vidéos  !

Egalement en néerlandais
Vidéo 1   Vidéo 2   Vidéo 3

Galerie images

Bravo à tous pour votre soutien à l’énergie nucléaire !

Twitter

Grand dossier

Lettre ouverte aux nouveaux députés

Pin It on Pinterest