Nucléaire et changement climatique

Le nucléaire attendu dans la mobilisation pour le climat
Les 4 scenarios du dernier rapport du GIEC comptent sur une forte augmentation de la capacité nucléaire mondiale

Le dernier rapport des experts du GIEC (Groupement International sur l’Evolution du Climat) réaffirme le rôle des gaz à effets de serre dans le réchauffement climatique. Pour contenir les conséquences dramatiques du changement climatique, il faut augmenter significativement la production mondiale de toutes les énergies très bas carbone, y compris l’énergie nucléaire, dont la production doit être multipliée par un facteur 2 à 6 (+100 à 500%) d’ici 2050.
Le dernier rapport de l’AIEA démontre que nous en sommes loin !
La capacité de production d’électricité à partir de l’énergie nucléaire risque même de baisser au cours des prochaines décennies. Cette année, 50 réacteurs sont en construction à travers le monde, dont la plupart en Chine, c’est le chiffre le plus bas depuis 10 ans.
Une mobilisation générale pour le climat doit inclure le développement de toutes les énergies bas carbone, y compris le nucléaire.
Dans un pays comme la France (ne disposant pas d’une capacité hydroélectrique exceptionnelle, comme la Norvège par exemple), l’intermittence de l’éolien et du photovoltaïque pour la production d’électricité à grande échelle, même associés à d’autres solutions (biogaz, stockage d’électricité), nécessite la disponibilité d’importants moyens de production pilotables, qui ne peuvent être que de l’énergie fossile (charbon, pétrole, gaz) ou le nucléaire, énergie bas carbone.