Newsletter spéciale climat

{

 

Si vous perdez l’énergie nucléaire, il pourrait être trop tard [pour le changement climatique]

Novembre 2019, Fatih Birol, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie

 

Cette année, nous célébrons le deuxième anniversaire des Voix du Nucléaire.

Il est temps de revenir aux racines de cette idée et de voir ce qui, le cas échéant, a changé.

Quand, fin 2017, je suis allée voir Claude Jaouen, ancien Directeur Général Délégué de la division Réacteurs et Services, avec le projet de mobiliser les salariés de l’industrie nucléaire pour montrer le vrai visage et les réels bénéfices de l’utilisation de l’énergie nucléaire pour lutter contre le changement climatique, j’avais quitté AREVA depuis 3 ans déjà. Claude et moi avions tous les deux quitté AREVA : avec une passion pour le travail et le sujet, mais sans y laisser d’attaches émotionnelles. Notre travail là-bas était terminé et nous partions vers de nouveaux horizons, de nouveaux projets et de nouveaux défis.

En 2014, j’avais quitté AREVA pour rejoindre volontairement les discussions sur le climat en direction de la COP21 et nous l’espérions, de l’accord de Paris qui devait être négocié d’ici décembre 2015. En tant que membre de la représentation française du Pacte Mondial des Nations Unies, l’entité des Nations Unies chargée de la relation au monde des affaires et de la finance, je prenais ma part du défi de faire entrer les entreprises dans la lutte pour le climat. Avec Brice Lalonde, ancien ministre français de l’Environnement, ancien sous-secrétaire général de l’ONU pour l’organisation de Rio +20 et ancien ambassadeur du climat en France, nous avons créé le Business & Climate Summit et avons travaillé et interagit avec les acteurs des négociations des différentes COP pendant trois ans.

Au bout de deux mois de travail, un extrait d’un de mes mails, à la petite équipe que nous étions, a trouvé son chemin, avec mon nom et ma photo, dans un article de Mediapart intitulé « Climat : le lobby nucléaire prend position au plus haut niveau » d’une charmante journaliste, Jade Lindgaard, à qui l’objectivité dans le journalisme est une idéologie qui pose de vrais problèmes. Pour commencer, tout ce qui était dans le titre était faux. Et là forcément, j’ai un peu paniqué .

Le courriel demandait que l’énergie nucléaire soit représentée dans une table ronde sur l’énergie au même titre que le pétrole et le gaz et les énergies renouvelables. Lors du Business & Climate Summit, nous avons invité le ministre saoudien des ressources pétrolières et minérales, l’OGCI (Oil and Gas Climate Initiative), il a été question du charbon et de la façon de gérer les aspects sociaux qui y étaient liés, mais le nucléaire n’était pas le bienvenu. Le mot «nucléaire» lui-même était absent du pavillon français officiel sur le site de la COP21. Aucun des fonctionnaires français n’a mentionné le mot ni à aucune des réunions, publiques ou non, nonobstant les autres.

L’industrie nucléaire a été encouragée à être discrète, tout comme moi.

Trois ans et deux bébés plus tard, j’avais vraiment essayé et donné toutes les chances que je pouvais aux différentes sources d’énergie alternatives et j’avais réalisé, dans une consternation totale, à quel point la fraude était vaste.

J’ai tiré trois leçons de ces trois années de négociations sur le climat:

1. Le changement climatique est bien plus grave que ce que nous pensons et pouvons imaginer
2. L’énergie nucléaire est clé contre le changement climatique, un facteur de changement
3. Les actions et les discussions sur le climat se consacrent plus à tuer la solution plutôt qu’à traiter le problème .

J’avais quitté l’industrie nucléaire pour mieux lutter contre le changement climatique et je me suis rendue compte que pour cela, je devrais retourner d’où je venais. Bien sûr, AREVA s’est effondré depuis lors, tout comme Westinghouse, au lendemain de Fukushima. Donc, ça ne s’est pas passé exactement comme ça.

Il y a une quatrième leçon: l’industrie nucléaire ne parvient pas à inverser seule le cours de l’opinion publique. Elle a essayé et elle s’est donné beaucoup de mal, mais cela n’a pas fonctionné. La société civile est devenue un facteur clé pour influencer les gens, la politique et les médias, et l’énergie nucléaire est son ennemi.

En 2018, j’ai utilisé mon chômage et mes économies pour créer l’ONG Les Voix du Nucléaire.

 

Décembre 2019, 4 ans après la COP21

Rencontrez Jadwiga Najder,

 
Vice-présidente du réseau ENS Young Generation, d’origine polonaise, ingénieur nucléaire, membre des Voices, accompagnateur régulier de toutes les Nuclear Pride Fest de Munich à Bruxelles à Paris. Elle était à la COP25 avec Nuclear4Climate, transportant, avec les ours polaires des Voix, sa précieuse contribution à l’effort et notre espoir qu’il soit entendu.
 

Pourquoi les Voix n’étaient-elles pas représentées en tant qu’organisation? Malheureusement, nous n’avions pas le budget pour être là et porter notre message, votre message, là où il est si important mais si ténu, là où il n’est pas audible. Nous aurions pu être une organisation de la société civile pronucléaire de plus, pour équilibrer les forces présentes qui, par centaines, portaient un message opposé.

Jadwiga était là cependant, et elle nous raconte ce qui s’est passé et quels progrès nous avons réalisés en 4 ans :

Jadwiga :

«

Réunions-clé annuelles de la réponse internationale au changement climatique, la Conference of Parties (COP) présente en bref les priorités et les attitudes de chacun des pays participants, et donne un aperçu de la participation des citoyens en accueillant des ONG accréditées. Cette année, la 25e édition de la COP s’est tenue à Madrid et a réuni 197 États et plus de 1 200 organisations observatrices (dont 1 100 ONG), soit un total étonnant de près de 27 000 participants. L’événement comprenait 2 semaines de négociations (+ 2 jours supplémentaires), accompagnées de stands d’exposition et plus de 270 événements parallèles mis en place par des participants et organisations présentes.

António Guterres, le secrétaire général de l’ONU, a déclaré après la conclusion de la COP25 qu’il était déçu des résultats de la COP25, car « la communauté internationale a perdu une occasion importante de démontrer une ambition accrue en matière d’atténuation, d’adaptation et de financement pour faire face à la crise climatique ». Une question intéressante à poser ici est de savoir si dans le domaine de l’énergie, parmi toutes les attentes manquées liées à la création de nouveaux mécanismes d’élimination des émetteurs de GES, au développement de sources d’énergie propres et à la promotion de l’efficacité énergétique, une attention suffisante est accordée à ce que nous avons déjà en main. Le nucléaire, source d’énergie, fonctionne-t-il efficacement et a-t-il fourni des quantités massives d’énergie à faible émission de carbone pendant de nombreuses décennies, avec autant de reconnaissance que les nouvelles sources en cours de développement ? Le thème du nucléaire aurait-il dû figurer sur la liste des défaillances de Guterres ?

Alors, combien de fois a été évoquée la deuxième source d’énergie mondiale à faible émission de carbone?

À un équilibre de 3 sur 1200: les suspects habituels font de leur mieux.

Partout dans le lieu de la conférence, l’atmosphère d’urgence et une nouvelle vague de motivation se sont faits sentir dans l’air, de la devise #TimeForAction, au rôle important des jeunes militants du climat dans les discussions parallèles. Cependant, l’énergie des atomes n’a pas reçu beaucoup d’attention auprès des discutants. Les déclarations d’ouverture des pays participants ne comportaient qu’une seule mention du mot nucléaire, faite par le représentant américain (cliquez pour l’intégralité du discours), qui a déclaré la poursuite des investissements dans la R&D dans le nucléaire… ainsi que dans le gaz naturel et le “charbon propre”…

Le segment de haut niveau de la conférence a accueilli deux personnalités importantes présentant le rôle vital du nucléaire dans les efforts de ‘sauver le climat’. Les premiers jours de la COP ont été marqués par le discours de King Lee de l’WNA lors d’un événement organisé par l’ONU et axé sur le neuvième objectif de développement durable (ODD 9) – « Industrie, innovation et infrastructure » (cliquez pour le discours complet) S’adressant à son public, Lee a commencé par démontrer le rôle du nucléaire dans la lutte contre le changement climatique. Selon lui, de multiples applications énergétiques, alternatives et médicales, mises en œuvre aujourd’hui et dans un avenir proche, ont montré à quel point le nucléaire était légitime dans le cadre de l’ODD 9. Le représentant de WNA a également familiarisé le public avec l’innovation nucléaire : Clean Energy Future (NICE Future), qui envisage une coopération approfondie de toutes les sources d’énergie à faible émission de carbone avec son projet actuel Campagne nucléaire flexible : intégration nucléaire renouvelable pour les systèmes avancés d’énergie propre.

Ensuite, la deuxième semaine de la partie ‘haut niveau’ de la COP a fourni un discours du directeur général récemment nommé de l’AIEA, Rafael Mariano Grossi, qui a représenté le nucléaire lors de l’événement parallèle sur l’ODD 9 – « Énergie abordable et propre » (cliquez pour le discours complet). Après avoir décrit le rôle de l’énergie nucléaire dans le système énergétique actuel, Grossi a rappelé que les énergies renouvelables et le nucléaire ne devaient pas être considérés comme des rivaux. Par ailleurs, il a mentionné que l’AIEA remplit 9 des 17 ODD par ses diverses contributions, non seulement à la surveillance de la production d’énergie nucléaire, mais aussi au développement de nouveaux produits alimentaires, à la gestion des ressources en eau, à la prévision des conditions futures et à l’évaluation des effets du changement climatique.

COP25

Et les autres? Et les 1200 autres acteurs?

Après avoir mentionné les interlocuteurs et les invités de marque, le moment est venu de parler de tous les autres participants – diverses organisations d’intérêt public, ONGs de base, initiatives, étant les plus proches du public, agissant, s’instruisant elles-mêmes et informant leur entourage sur le changement climatique.

Dans ce groupe, le nucléaire était représenté par l’initiative Nucléaire pour le climat (N4C), composée d’environ 150 associations agissant à travers le monde. Avec un grand nombre de plus de 30 représentants, les membres de N4C ont organisé un coin nucléaire dans l’espace d’exposition, initié plusieurs événements utilisant des ours Melty comme signe d’urgence climatique et entamé des centaines de conversations avec des personnes curieuses passant par le stand. Le collectif a également dirigé le seul (!) événement parallèle des ONG sur le thème de l’énergie nucléaire (sans compter le débat appelant au désarmement nucléaire, si noble soit-il, mais que faisait-il vraiment là ?). La table ronde « Pas de temps à perdre – pourquoi le monde a besoin de toutes les sources d’énergie à faible émission de carbone pour atteindre ses objectifs climatiques » a accueilli Valérie Faudon, cofondatrice de N4C et vice-présidente de la Société nucléaire européenne (ENS), Ignacio Araluce, le président du Forum espagnol de l’industrie nucléaire, Sébastien Richet, président de l’Initiative mondiale pour sauver notre climat (GISOC) et moi-même – Jadwiga Najder, vice-présidente du réseau ENS Young Generation. Les sujets traités étaient l’urgence climatique, la confiance infondée dans certaines sources d’énergie et non dans les autres, le potentiel du nucléaire pour répondre à tous les besoins énergétiques de la population mondiale en utilisant les ressources déjà disponibles et bien d’autres. Un article complet de WNN sur cet événement est disponible en cliquant ici : Nuclear for Climate speaks at COP25.

Mais qu’en est-il de « l’autre » côté du mur?

Naturellement, la COP25 a également été un terrain de jeu pour les militants anti-nucléaires. Ils étaient principalement liés à « Don’t nuke the climat », l’ONG qui, lors de la conférence de Madrid, a reçu le soutien du ministre allemand de l’Environnement (cliquez pour la source). Ses membres ont activement commenté la table ronde exprimant des souhaits comme une production d’énergie renouvelable à 100% et désapprouvant les conditions d’extraction de l’uranium, le rythme de construction et le stockage des déchets. Leurs préoccupations (ou plutôt leurs attaques, cliquez ici pour le streaming Q&R de l’événement) ont été traitées autant que les contraintes de temps le permettaient, car ce n’est un secret pour personne que de tels débats pourraient durer de longues journées. Si infondées que soient certaines observations, il y a toujours un bon côté des choses, comme l’a souligné Valérie Faudon, qui a déclaré: ” En fait, nos normes sont très élevées grâce à des organisations anti-nucléaires, parce que nous avons été tellement surveillés. “

 

Pour résumer,

{


ce ne sont pas les organisations antinucléaires qui détruisent l’image du nucléaire dans les négociations sur le climat. C’est la réticence générale et le manque d’intérêt des décideurs et des ONGs.

La question de savoir si le nucléaire a montré toutes ses couleurs lors de la COP, la réponse est NON.

D’après des chiffres simples, 1% des événements parallèles incluaient le nucléaire dans les pourparlers. Au contraire, au moins 5% d’entre eux étaient dédiés aux énergies renouvelables (comme l’indiquent les titres, probablement plus si le contenu des événements était étudié de plus près).

À Madrid, cela a été clairement vu – ce ne sont pas les organisations anti-nucléaires qui détruisent l’image du nucléaire dans les négociations sur le climat. C’est la réticence générale et le manque d’intérêt des décideurs et des ONGs.

{


Pour beaucoup d’entre eux, il n’y a tout simplement aucun lien entre le nucléaire et la lutte contre le changement climatique, ce qui est une très mauvaise nouvelle – cela signifie qu’ils suivent simplement la tendance, pas la raison.

Pour beaucoup d’entre eux, il n’y a tout simplement aucun lien entre le nucléaire et la lutte contre le changement climatique, ce qui est une très mauvaise nouvelle – cela signifie qu’ils suivent simplement la tendance, pas la raison.

Pour nous, partisans du nucléaire, la COP peut être un moment pour remettre en question toutes nos idées et nos croyances face à un public très difficile, chacun étant sûr qu’il a une solution unique au changement climatique.

Pour moi, le COP apporte beaucoup d’inspiration, montrant à quel point il est essentiel de sensibiliser le public sur les avantages de maintenir la flotte de réacteurs actuelles, d’ajouter de nouvelles puissances et de développer des technologies. Et l’enjeu est de taille, puisque le nucléaire est aujourd’hui un acteur de premier plan dans la production d’énergie propre et peut changer la donne de demain, s’il est correctement reconnu, soutenu devant le public et les investisseurs.

 »

Un grand merci à Jadwiga et à tous ceux qui étaient à la COP25, représentant le travail acharné de tous les employés et partisans de l’industrie nucléaire et étant les défenseurs obstinés de l’importance du nucléaire dans la lutte contre le changement climatique.

Myrto,
pour les Voix 

Twitter

Grand dossier

Lettre ouverte aux nouveaux députés

Pin It on Pinterest

Secured By miniOrange