L’Europe et le nucléaire : épisode 5 – la Suède

Accueil     La Newsletter des Voix     L’Europe et le nucléaire : épisode 5 – la Suède
Publié le 09/09/2021

Finir l’année sur un symbole – le premier anniversaire de la fermeture de Fessenheim en France, pour l’entamer sur un sursaut – la Suède, un pays en lutte pour rester lui-même.

La Suède est LE pays européen au système électrique le plus vertueux et le plus équilibré, les suédois sont des pragmatiques, pro-sciences, à la conscience environnementale aiguisée. Ou n’était-ce que jusqu’en 2014 ? Alors que le mix électrique suédois était à l’image de sa population, avant qu’une coalition politique n’entraîne la fermeture de 4 réacteurs nucléaires en 6 ans ?

L’histoire que vous vous apprêtez à lire intègre tous les ingrédients, rebondissements, contradictions, drames auxquels sont confrontés de nombreux pays européens, aux prises avec une transition électrique qui ne va, même pas, dans le sens d’une plus grande décarbonation. Et qui sont aidés malheureusement en ceci par la Commission européenne elle-même (taxonomie européenne, directive RED2, Greendeal etc.). Alors que l’urgence climatique ne cesse d’être urgente, que la souveraineté du continent ne cesse de ne plus être souveraine du tout, que les morts associés au changement climatique, comme à la pollution atmosphérique, ne cessent de s’empiler.

Quels sont-ils ? Décisions industrielles résultant de négociations politiciennes, environnement règlementaire et fiscal contraignant dont les exploitants payent le prix et le nucléaire le déficit d’image, dégradation du réseau et de la fourniture électrique, hausse des prix, renversement puis retournement de l’opinion publique vis-à-vis du nucléaire et des renouvelables, qui payent, elles, le prix de leur instrumentalisation, décorrélation croissante entre les besoins et les décisions prises pour y répondre, interprétation malhonnête des faits, paradoxes, contradictions, déceptions, trahisons.

Tout y est. Votre roman de la rentrée. Vous le lisez, mais, en réalité, vous vivez le même. Pour ce qui est de la transition énergétique, l’absurde ne fait pas figure d’exception, c’est la nouvelle norme.

No nuclear is the new dark.

Myrto,
pour les Voix

La Suède : une voie étroite vers un avenir bas carbone

Par Daniel Westlén

Daniel Westlén est titulaire d’un doctorat en physique des réacteurs nucléaires. Il travaille dans les bureaux du parlement du parti libéral en Suède. Il est également membre du conseil d’administration de la société écomoderniste suédoise. Il a travaillé pour Vattenfall, notamment à la centrale nucléaire de Forsmark et à la société de gestion des déchets SKB.

La Suède
info box

La Suède est en majeure partie couverte de forêts (68,7 %3). Le pays est également riche en minéraux. Les ressources naturelles, combinées à l’énergie hydraulique, ont conduit à l’établissement d’industries à forte intensité énergétique, telles que la production de pâte à papier, la chimie, l’exploitation minière et l’acier.

La crise pétrolière et l’expansion de l’énergie nucléaire ont été suivies par l’électrification d’un large éventail de processus industriels. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles la Suède a l’une des plus fortes consommations d’électricité par habitant au monde (16 500 kWh/habitant en 20203).

La Suède compte 10,4 millions d’habitants2. La densité de population est de 25 personnes par km2, la plupart des habitants vivant dans le sud et le long de la côte nord. L’urbanisation est élevée, 87 %3 de la population vit dans des zones urbaines.

La Suède est membre de l’UE depuis le 1er janvier 1995.

Voir la carte ici.

La Suède possède l’un des mix électriques les plus propres de tous les pays industrialisés. À l’exception de quelques sources d’énergie de secours et des matières plastiques utilisées dans les incinérateurs de déchets, les combustibles fossiles ne sont pas utilisés pour la production d’électricité. Depuis le milieu des années 1980, l’énergie nucléaire assure le gros de la production alors que l’énergie hydraulique permet d’offrir davantage de flexibilité. En outre, de la chaleur est générée en même temps que l’électricité afin d’alimenter les centrales de chauffage urbain et l’industrie forestière. Ces dernières années, l’énergie éolienne a connu une expansion rapide et continue.

Source: Energimyndigheten

Les Verts ont promis de rendre l’énergie nucléaire plus coûteuse en modifiant la réglementation, en augmentant la redevance sur les déchets et en augmentant l’impôt

La part de l’énergie nucléaire dans le mix énergétique suédois a diminué suite à la fermeture de quatre réacteurs depuis 2015. Ces fermetures sont la conséquence directe d’une hausse de 17 % de la taxe sur la capacité thermique installée des réacteurs, qui venait s‘ajouter à la faiblesse des prix de l’électricité. Les Verts sont entrés au gouvernement pour la première fois en 2014. Avant les élections, ils avaient promis de rendre l’énergie nucléaire plus chère en modifiant la réglementation, en augmentant les coûts liés à la gestion des déchets nucléaires et en augmentant la fiscalité. Lorsque la taxe a été augmentée, les explications officielles n’ont pas mentionné les engagements électoraux des Verts. Au lieu de cela, il était expliqué qu’elle était restée au même niveau pendant plusieurs années, et que son augmentation était dès-lors justifiée.

Les six autres réacteurs encore en exploitation étaient également menacés, mais la suppression de la taxe nucléaire à la fin de 2017 a considérablement amélioré la rentabilité de la poursuite de leur exploitation. Actuellement, il n’y a pas de menace économique ou politique immédiate qui pèse sur ces six réacteurs.

Le contexte politique actuel

L’énergie nucléaire est au cœur du débat politique en Suède depuis notre référendum de 1980. Le référendum a été initié par le parti social-démocrate, qui avait lui-même des opinions polarisées sur l’énergie nucléaire. Il a été provoqué par l’accident de la centrale de Three Mile Island aux États-Unis. Les électeurs se sont vus proposer trois options, impliquant toutes une sortie progressive du nucléaire. Le résultat n’était pas clair, mais a conduit le Parlement à prendre la décision d’une procédure progressive, le dernier réacteur devant être fermé d’ici 2010, 25 ans après la mise en service des deux premiers réacteurs.

N’importe qui peut demander à construire un nouveau réacteur. Sauf qu’il ne peut y avoir plus de 10 réacteurs en exploitation commerciale en même temps, qui doivent être construits sur les 3 sites existants

L’objectif de retrait progressif en 2010 est depuis longtemps oublié. Les licences d’exploitation suédoises ne comportent aucune limite. Les plans d’investissement actuels visent toutefois une durée d’exploitation maximale de 60 ans. Cela a été interprété par de nombreux politiciens comme une sortie du nucléaire en 2045. Il semble que la discussion de l’époque du référendum sur la durée d’exploitation des centrales soit toujours d’actualité. Il est intéressant de noter qu’il n’y a pas de discussion similaire à propos d’autres infrastructures.

Centrale hydroélectrique d’Akkats (source: Vattenfall)

L’un des objectifs fixé par le Parlement pour le système énergétique suédois est que la production d’électricité soit « 100 % renouvelable d’ici 2040, ce qui ne signifie pas pour autant que l’énergie nucléaire doive être fermée par des décisions politiques ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette phrase fait débat. L’opposition politique, composée des conservateurs et des libéraux, soutient que le mot « renouvelable » devrait être remplacé par « non fossile ». Le gouvernement et les partis qui le soutiennent, quant à eux, affirment que malgré le fait que le nouveau nucléaire soit autorisé en Suède, personne ne prévoit actuellement de construire un nouveau réacteur.

Il est vrai que n’importe qui peut demander à construire un nouveau réacteur. Les seules règles sont qu’il ne peut y avoir plus de 10 réacteurs en exploitation commerciale en même temps, qui doivent être construits sur les 3 sites existants. En pratique, cela limite les candidats aux deux entreprises en possession des sites. Les sites de Ringhals et de Forsmark sont détenus par Vattenfall. Oskarshamn est détenu par Uniper, dont Fortum détient la majorité des parts.

La transition climatique

La Suède a une consommation d’électricité importante, à la fois en termes absolus et en pourcentage de la consommation totale d’énergie. L’industrie a connu une électrification massive parallèlement au développement du nucléaire dans les années 1970 et 1980. Par ailleurs, l’utilisation des biocarburants dans l’industrie a considérablement augmenté depuis les années 1970, remplaçant principalement le pétrole. La biomasse est également largement utilisée pour le chauffage urbain, où les combustibles fossiles sont désormais presque totalement remplacés. L’électricité est également largement utilisée pour le chauffage sous la forme de pompes à chaleur, très répandues dans les foyers suédois.

L’objectif national est de parvenir à des émissions nettes nulles en 2045. Le dénominateur commun de ces plans est qu’ils reposent largement sur un approvisionnement massif en électricité bas-carbone

Pourtant, l’utilisation des combustibles fossiles dans l’économie est importante. Le principal combustible fossile est le pétrole, utilisé principalement dans les transports. L’industrie sidérurgique suédoise utilise de grandes quantités de charbon pour réduire l’oxyde de fer et fabriquer l’acier. Le gaz naturel est utilisé surtout sur la côte ouest, où il existe un réseau de distribution, et le gaz liquide pour les ferries, notamment sur la Baltique.

L’objectif national est de parvenir à des émissions nettes nulles de gaz à effet de serre en 2045 et à des émissions négatives croissantes après cette date. Les plans détaillés pour y parvenir sont en cours d’élaboration. Un large éventail d’industries ont présenté leur stratégie de sortie des combustibles fossiles. Le dénominateur commun est que les plans reposent largement sur un approvisionnement massif en électricité bas-carbone.

La centrale nucléaire de Forsmark (source: Vattenfall)

La consommation d’électricité suédoise est stable avec environs 140-150 TWh par an depuis la mise en service des réacteurs nucléaires. Les exportations ont augmenté avec l’expansion de l’énergie éolienne et se situent maintenant généralement entre 20 et 30 TWh par an, en fonction de la situation hydrologique.

Il existe désormais un consensus général sur le fait que la consommation va augmenter. En 2019 et 2020, une hypothèse commune était que la consommation d’électricité augmenterait à environ 200 TWh pour répondre aux besoins d’électrification de l’industrie et des transports. Cela a changé en novembre 2020, lorsque la société minière LKAB a annoncé son intention d’étendre sa chaîne de valeur en transformant entièrement son minerai de fer en acier. Cette opération se ferait sans combustible fossile, par réduction à l’hydrogène. Le besoin accru d’électricité pour la réduction de l’ensemble de la production de LKAB serait de 50 TWh par an, ce qui correspond à la consommation totale actuelle de l’ensemble de l’industrie suédoise, ou encore à l’ensemble de la production nucléaire du pays. Ce message a fait évoluer le débat et, en 2021, des groupes de réflexion, l’association des ingénieurs, l’association professionnelle des entreprises d’énergie, les organisations commerciales et même le gouvernement ont parlé d’un doublement, voire d’un triplement de la consommation dans les 20 à 25 prochaines années.

Source: Energimyndigheten

Perspectives politiques

Parallèlement, les marges du réseau électrique de la partie sud de la Suède, où vit la majorité de la population, se sont fortement dégradées à la suite de la fermeture des réacteurs. Les industries se voient refuser plus d’énergie lorsqu’elles en demandent, et le commerce est fréquemment freiné, ce qui entraîne des flambées de prix. Il y a un manque de sources d’appoint, mais aussi de puissance réactive et de capacité à gérer une panne majeure.

Le soutien politique au système énergétique actuel est faible. Aujourd’hui, 174 des 349 membres du Parlement, soit une voix de moins que la majorité, appartiennent à des partis qui souhaitent que l’énergie nucléaire occupe une place importante dans le futur bouquet énergétique propre suédois, ce qui signifierait inclure le nucléaire dans les objectifs politiques du pays. La position officielle de la Suède au niveau de l’UE est que « tous les moyens d’énergie non fossile, y compris le nucléaire et les énergies renouvelables, devraient être utilisés efficacement dans la transition climatique européenne ». Cette position a été établie par la commission parlementaire de l’UE, où les partis qui considèrent le nucléaire comme une composante de la solution sont majoritaires.

Actuellement tous les nouveaux règlements de l’UE citent exclusivement les énergies dites renouvelables comme moyen pour atteindre ses objectifs de développement durable – en témoignent les dernières directives concernant le secteur des transports qui demandent spécifiquement de faire appel aux « énergies renouvelables ».

Aujourd’hui la principale menace qui pèse sur l’énergie nucléaire suédoise est que le régulateur européen relève constamment les exigences sur la part d’énergie « renouvelable » – et non d’énergie à faible émission de carbone – dans les différents secteurs. Les États membres qui utilisent le nucléaire pour atteindre la durabilité ne sont pas considérés, et la construction de nouveau nucléaire risque bien à terme de devenir impossible, car les États sont par conséquent tenus d’installer de plus en plus d’équipements photovoltaïques et d’éoliennes en parallèle, ce quelle que soit la viabilité financière de l’ensemble, ou sans tenir compte d’autres critères comme l’optimisation du mix, la sécurité d’approvisionnement ou l’impact environnemental global de cette démarche.

Le soutien du public à la construction de nouveaux réacteurs a progressé, mais au fil des années une résistance institutionnelle à l’énergie nucléaire s’est développée

La population suédoise en général a une opinion positive de l’énergie nucléaire, 77 % d’entre eux étant favorables à la poursuite de l’exploitation des centrales existantes, et 46 % à la construction de nouvelles centrales4. Le soutien à la construction de nouveaux réacteurs a augmenté. Les petits réacteurs modulaires ont fait l’objet d’une certaine attention récemment et il est probable que ce phénomène, associé à la nécessité d’une action climatique audacieuse, ait renforcé ce soutien.

Cependant, au fil des années, une résistance institutionnelle à l’énergie nucléaire s’est développée. Les lois et les règlements sont conçus de manière à la pénaliser. Les scénarios, et donc la planification, supposent une sortie du nucléaire d’ici 2040. L’autorité de régulation n’est pas prête à gérer une demande de construction. Seules quelques universités font de la recherche et de l’enseignement dans les domaines liés à l’énergie nucléaire.

Il est probable que la Suède construise de nouveaux réacteurs. Nous en avons besoin à la fois pour la sécurité de l’approvisionnement et pour développer la production d’électricité. Il y a cependant un risque que la résistance institutionnelle les retarde. Cela augmente également le risque pour toute personne qui envisage d’investir dans le nucléaire en Suède. Nous devons trouver des solutions à ce problème sans plus tarder.

Source: Energimyndigheten

Notes

1 “Energy in Sweden 2020 – An overview”, Energimyndigheten 2021-02-04

2 Statistiska Centralbyrån, accès 2021-07-23

3 Our World in Data, accès 2021-07-23

4 Most recent poll, https://www.analys.se/opinion/, accès 2021-08-30

Partager