A ceux qui s’intéressent au débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie

Pour les 220 000 travailleurs du nucléaire, dont nous sommes, et qui trouvent utile de rappeler que « ce n’est pas parce qu’on travaille dans le nucléaire qu’on ne peut pas nous faire confiance, c’est parce qu’on travaille dans le nucléaire qu’on sait de quoi on parle »

L’électricité est l’énergie de l’avenir : de la digitalisation, de la performance, de la propreté, de l’indépendance, de la liberté et de la multiplication des usages. A condition qu’elle soit disponible maintenant, massivement et sans émissions de gaz à effet de serre, de particules et de gaz toxiques.

C’est possible, aujourd‘hui et demain, ici, en France, grâce au nucléaire et grâce à ses travailleurs qualifiés, répartis sur tout le territoire : 220 000 employés de la filière, un enjeu supérieur à 1 million d’emplois, une activité de haute valeur ajoutée, industrielle, non délocalisable.

Dans notre société pourtant, la méconnaissance massive des faits relatifs au nucléaire devient déni de démocratie et, pour l’industrie, un handicap direct et concret.

Car si les difficultés de l’industrie nucléaire sont réelles, nombreuses d’entre elles trouvent leur source dans cette image désastreuse, transmise à tort et de longue date, au public. Les académiciens des sciences, les industriels, les observateurs syndicaux, les instances internationales de régulation du nucléaire civil constatent et affirment que nous disposons de toutes les ressources permettant de les surmonter. Nous aussi le savons. Et la tuer artificiellement et arbitrairement ne sert à rien et surtout à personne.

Nous qui faisons le nucléaire français, de l’intérieur, quotidiennement, savons ses défauts, ses qualités, ses faiblesses et ses forces. Nous savons aussi que l’économie, la compétitivité, les engagements environnementaux et de santé publique, la dynamisation des territoires et l’avenir sur l’échiquier mondial de la France reposent directement et indirectement sur lui. Nous savons surtout qu’il n’a besoin ni de mesure d’exception ni d’interventionnisme pour réussir mais d’un cadre rationnel dépassionné dont la condition est le rétablissement des faits dans l’opinion via la reprise d’une parole et d’un rôle qu’il s’est laissé confisquer.

L’image du nucléaire est aujourd’hui tellement dégradée, diffuse et ce profondément, l’omniprésence médiatique de ses détracteurs est telle, que peu essayent, et encore moins parviennent, à prendre la parole pour rétablir les faits et objectiver les débats.

C’est pourtant à la fin de cette année 2018, dans le cadre du décret sur la programmation pluriannuelle de l ’énergie, que ces débats vont conduire à la décision qui imposera à la filière ses perspectives d’avenir et, de fait, ses chances de rétablissement.

Aussi voulons nous contribuer à rationaliser le débat, éclairer la décision publique et retrouver la fierté de travailler pour une industrie qui sert d’assise aux Français aujourd’hui et ouvre leurs perspectives pour demain.

Cher lecteur, tu viens de recharger ton téléphone, tu t’apprêtes à prendre les transports, en confiance. Ce sera toujours en confiance que tu prendras l’ascenseur, que tu t’installeras devant ton ordinateur, que tu penseras à tes enfants sous la lumière et dans la chaleur des salles de classe, à tes parents et grands‐parents pouvant rester à leurs domiciles grâce aux appareils médicaux connectés. Ce sera toujours en confiance que ce soir tu allumeras, en plus de la lumière, radio, télévision et autres outils de l’information et du divertissement qui sont un besoin aussi essentiel qu’une alimentation saine, sur laquelle aussi, tu t’appuieras lorsque, en confiance, tu ouvriras ton réfrigérateur ou ton congélateur dont tu sais qu’ils auront fonctionné, sans interruption, toute la journée…

Cette confiance que tu as dans la fiabilité et la performance, y compris environnementale, du système électrique français, qui fait l’admiration du monde entier, nous sommes fiers d’y contribuer jour et nuit, hiver comme été et d’en avoir, toujours, assurés la sécurité.

Nous avons besoin de ton ouverture d’esprit et de ta curiosité pour retrouver confiance en l’avenir et en la continuité de ce service de première nécessité qu’est la fourniture d’électricité propre, abordable et garantie, sur lequel nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sans plus même y penser.

Tribune collective, Point de vue n°226 du débat public de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie