Le vrai prix du nucléaire

Accueil     Divers     Le vrai prix du nucléaire
Publié le 29/09/2021

« Maintenir les centrales nucléaires existantes en fonctionnement coûte excessivement cher face aux nouvelles énergies. » Vraiment ?


Non seulement c’est faux, mais l’Agence Internationale de l’Energie le dit : il n’y a pas d’électricité, et a fortiori d’électricité bas-carbone, moins chère que celle issue de la prolongation de réacteurs nucléaires existants. Même en LCOE.


Le LCOE – Levelized Cost Of Energy – comprend les coûts d’investissement et d’exploitation qui doivent être couverts. Il s’agit essentiellement du prix à long terme auquel l’électricité produite par une centrale devra être vendue pour que l’investisseur puisse couvrir tous ses coûts.

Le LCOE ne correspond pas au coût de l’approvisionnement en électricité. En effet il ne comprend pas : les coûts des infrastructures réseaux, des interconnexions, et en particulier dans le cas des sources intermittentes les coûts des moyens de production en back-up (typiquement des barrages ou des centrales nucléaires ajustant leur production, ou des centrales au gaz allumées à la demande), des réseaux supplémentaires décentralisés, des moyens de stockage (stations de transfert d’énergie par pompage, stations de power2gas2power, batteries).

C’est donc un indicateur très défavorable aux moyens de production stables et pilotables dans un système complet. Pourtant, même en LCOE, prolonger l’exploitation des centrales nucléaires existantes (Nuclear LTO encadré sur le graphique) est la source d’électricité la plus rentable.

Source : Projected Costs of Generating Electricity, IEA, December 2020

Partager