Le cycle du combustible nucléaire actuel en France

Accueil     Technologie     Le cycle du combustible nucléaire actuel en France
Publié le 06/10/2021

Le cycle du combustible nucléaire actuel en France n’est pas forcément trivial à appréhender, mais le monde nous l’envie 🙂 car il permet de réduire le besoin en matière première, les volumes de déchets et leur toxicité. Ce schéma dynamique étape par étape permet de visualiser tout ça, avec un bilan des matières à chaque étape.

Éléments : @TristanKamin
Infographie : @Wanderys

Dans le cycle actuel, environ 8000 tonnes d’uranium naturel sont enrichis chaque année.

Après enrichissement cela donne 7000 tonnes d’uranium appauvri et 1000 tonnes d’uranium enrichi.

L’uranium appauvri va rejoindre un entreposage qui atteint aujourd’hui environ 320 000 tonnes.

L’uranium enrichi est transformé en 1000 tonnes de combustible nucléaire frais, appelé UNE (Uranium Naturel Enrichi).

Après usage du combustible et traitement de ce dernier, on récupère environ :
– 10 tonnes de plutonium
– 940 tonnes d’uranium assez similaire à l’uranium naturel (avant enrichissement donc) appelé URT (Uranium de Recyclage issu du Traitement)
– le reste de déchets.

L’URT peut être réenrichi pour faire du combustible. Cela a été fait par le passé, et sera fait à nouveau d’ici quelques années. Les 940 tonnes d’URT permettent de produire environ 150 tonnes d’uranium enrichi et le reste d’uranium appauvri.

Aujourd’hui l’URT est entreposé, et l’inventaire actuel représente 30 000 tonnes.

Les 10 tonnes de plutonium issus du traitement sont dilués dans 100 tonnes d’uranium appauvri pour produire 110 tonnes de combustible recyclé, appelé le MOX (Mixed Oxides).

Ce MOX est utilisé dans 22 réacteurs (sur 56, donc moins de la moitié du parc), où il remplace un tiers du combustible ordinaire, l’UNE.

Ainsi chaque année, le parc EDF est rechargé avec environ 1000 tonnes d’UNE et 110 tonnes de MOX.

(Dans un cycle surgénérateur, non seulement on recycle le MOX, mais en plus on produit et on extrait, par le traitement, assez de plutonium pour produire 1100 tonnes de MOX, soit de quoi alimenter tout le parc et se passer d’uranium naturel. Mais c’est une autre histoire 🙂)
 

Partager