L’équipe

Qui sommes-nous ?

Créée en mars 2018, les VOIX DU NUCLEAIRE est une association de bénévoles, employés et sympathisants de la filière nucléaire française, indépendante de toute attache économique, institutionnelle, syndicale ou politique.

L’association, animée par et pour des employés, vise à se réapproprier la fierté d’être les acteurs d’une filière scientifique et industrielle d’exception et participer au rétablissement des faits la concernant.

 

Le bureau

Myrto Tripathi

Myrto Tripathi

présidente

Myrto Tripathi est la présidente de l’association des Voix du Nucléaire depuis sa création le 20 mars 2018. L’initiative de cette association lui vient après trois années passées à graviter dans ce qu’il est commun d’appeler le « circuit des COP », à côtoyer et participer au mieux à cet effort.

Claude Jaouen

Claude Jaouen

Vice président

Ancien élève de l’Ecole Centrale de Paris et Docteur Ingénieur, Claude Jaouen rejoint SGN (Business Unit Ingénierie) en 1980, et participe aux études et aux développements dans différents domaines du cycle du combustible nucléaire.

Guillaume Milot

Guillaume Milot

Secrétaire

Guillaume suit les dossiers nucléaires européens pour le gouvernement français. Il a auparavant travaillé pour la promotion de la recherche sur les énergies décarbonées et la communication scientifique. Ces expériences l’ont convaincu du besoin de porter une voix rationnelle sur les questions énergétiques.

Sonia Samissoff

Sonia Samissoff

Trésorière

Salariée de la filière depuis plus de 30 ans, Sonia y travaille aujourd’hui sur les questions de sécurité économique.  Elle a exercé auparavant des activités au sein des directions juridique, communication institutionnelle et au secrétariat général. L’atout que représente l’énergie nucléaire pour répondre aux besoins des individus et des industries l’a conduite à s’investir auprès des Voix du Nucléaire.

Florent Le Goux

Coordinateur éditorial

Florent est ingénieur géologue chez Orano Mines. Après 10 ans d’expatriation sur des projets d’exploration minière, son travail consiste à présent à estimer les ressources de gisements d’uranium. Il a entamé sa carrière en considérant que mettre ses compétences au service de la valorisation de cette matière première était une manière efficace de contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique. Son parcours et son expérience ont forgé sa conviction que la reconnaissance sociétale des atouts du nucléaire face aux défis énergétiques, sociaux et environnementaux de ce siècle passe par une meilleure connaissance du public, et que tous les professionnels du domaine peuvent avoir un rôle à y jouer.

Twitter

Grand dossier

Lettre ouverte aux nouveaux députés

Pin It on Pinterest

Secured By miniOrange