GRAND DOSSIER

La fermeture de la centrale de Fessenheim ; un acte de vandalisme politique

En pleine crise climatique, sanitaire et économique, l’arrêt prématuré des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim constitue un acte politique, totalement décorrélé de la qualité ou de la performance de leur fonctionnement, des urgences écologiques et sociales auxquelles nous faisons face et mené à l’encontre de la volonté de ses salariés et des habitants de ce territoire ainsi sacrifié.

Il est important de le redire alors que cette fermeture trouve son origine dans une négociation purement politique liée à une campagne électorale. Malheureusement, cela n’est pas, non plus, un acte isolé. De telles décisions, néfastes pour le climat, néfastes pour l’environnement et néfastes pour les citoyens peuvent se constater à l’échelle mondiale.

Vous trouverez sur cette page un panorama des actions que les Voix ont menées pour que cette fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim soit autant que possible comprise par tous pour ce qu’elle est : un acte de vandalisme politique.

Le dossier en bref

  • 22 février – Manifestation contre la fermeture de Fessenheim 1
  • Témoignages et retour en images sur la fermeture de Fessenheim 1
  • Arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim – la dénonciation mondiale et citoyenne d’une décision écocide absurde
  • 29 juin – Manifestation contre la fermeture de Fessenheim 2, devant les locaux de Greenpeace France
  • Mettre en valeur les services que Fessenheim a rendu à la société
  • Les prochaines fermetures prématurées de centrales nucléaires : Un vandalisme climatique à l’échelle mondiale

22 février – Manifestation contre la fermeture de Fessenheim 1

Le premier réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim s’est arrêté. Cette centrale n’est pas stoppée parce qu’elle serait trop ancienne ou trop dangereuse. Il s’agit d’une décision exclusivement politique et contingente, prise à l’époque en quelques jours, sans concertation et à simple visée électoraliste. Ne laissons pas réécrire l’histoire. Si Fessenheim doit être un symbole, ce sera celui de l’incurie de quelques politiques face aux enjeux de toute une nation.

Face à ce détricotage de la souveraineté et de la sécurité énergétique de la France et de l’Europe, ce gaspillage d’un moyen de production rentabilisé depuis longtemps et viable, et afin d’afficher notre solidarité aux professionnels de la filière, nous nous sommes réunis sur place le 22 février 2020 pour protester contre cet acte de vandalisme climatique.

Pourquoi nous avons manifesté sur le site de la centrale nucléaire de Fessenheim

Relire et télécharger notre communiqué de presse

Témoignage et retour en images sur la fermeture de Fessenheim 1

Dans la nuit du 22 février 2020 a été mise à l’arrêt la première unité de la centrale nucléaire de Fessenheim après une baisse de puissance qui s’est faite progressivement au cours de la journée puis de la nuit. Bien que réticents à l’idée « d’appuyer sur l’interrupteur », les agents d’EDF ont fait montre de leur professionnalisme en dépit de l’irrationalité de cette décision inepte dont les prémices remontent à 2012.

Huit longues années de batailles pendant lesquelles ces salariés ont vécu dans l’incertitude et pendant lesquelles la centrale a malgré tout continué à produire dans de parfaites conditions de performance et de sûreté. Nous avons souhaité leur rendre hommage.

Pour revoir en images, en vidéos et dans la presse cette journée d’actions

Arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim – la dénonciation mondiale et citoyenne d’une décision écocide absurde

Les Voix se sont mobilisées pour que la fermeture de Fessenheim soit comprise pour ce qu’elle est : un scandale sanitaire, climatique et économique. Dans le premier volet d’un duo de newsletters consacré au sujet, nous sommes revenus sur la résonance que cette fermeture a eu à l’extérieur de nos frontières.

Parce que les conséquences de cette fermeture sont globales. Parce que ses causes sont globales. Parce que les mêmes dommages et les mêmes effets sont vécus ailleurs et avec la même douleur. 

Et parce que c’est toute la filière nucléaire mondiale qui est visée et qui subit les attaques de ses opposants, réagir incombe alors à l’ensemble de la filière nucléaire mondiale et ses partisans.

Mais cette réaction n’est pas seulement pour elle-même en tant que telle, mais pour ce qu’elle représente pour les populations qu’elle sert. Il y a, de ce point de vue, une sorte de principe de responsabilité à ne pas « laisser tuer ». Nous avons laissé « tuer » les réacteurs de Fessenheim, ne laissons pas tuer les autres.

Lire les témoignages de citoyens du monde entier

29 juin – Manifestation contre la fermeture de Fessenheim 2, devant les locaux de Greenpeace France

Lors d’un rassemblement le lundi 29 juin 2020 à Paris, devant les locaux de Greenpeace France, Les Voix du Nucléaire ont souhaité commémorer 40 ans de production électrique fiable et respectueuse du climat et de l’environnement grâce à la centrale nucléaire de Fessenheim et de son personnel et s’assurer que les bases idéologiques de sa fermeture, par ailleurs techniquement et économiquement injustifiée, soient connues.

Mettre en valeur les services que Fessenheim a rendu à la société

Imaginez, pendant quelques instants encore avant son arrêt définitif, que les vertus objectives, les services que la centrale nucléaire de Fessenheim a rendu à la société pendant plus de 40 ans et aurait pu continuer de lui rendre pendant au moins une décennie supplémentaire, aient été inscrits, visibles de tous, sur ses bâtiments.

Cela ne rendra pas leur outil de travail aux opérateurs de la centrale qui la voient être sacrifiée sur l’autel des préjugés et de l’idéologie aveugle. Mais donner corps à cette idée est une des voies à travers lesquelles nous souhaitions leur rendre hommage.

Quant aux autres centrales dont les réacteurs sont menacés autant par la méconnaissance et l’absence de mise en lumière que par les manœuvres de ceux qui ne jurent que par leur perte, il n’est pas trop tard.

Pour revoir nos propositions graphiques de remerciements à Fessenheim

Les prochaines fermetures prématurées de centrales nucléaires : Un vandalisme climatique à l’échelle mondiale

26 réacteurs nucléaires, soit plus de 25 GW de puissance bas-carbone produisant en base, et pour partie pilotable. Voilà de quoi alimenter en électricité 100 % décarbonée un pays comme l’Australie pendant l’hiver austral, hors pics de consommation. Mais c’est ce qui est en train de disparaître, en l’espace de seulement 3 ans, de 2019 à 2022, sous la pression des groupes d’influence anti-nucléaires et du fait du délaissement voire de l’hostilité des politiques publiques, alors même que 85 % de l’énergie consommée dans le monde est encore issue du charbon, du pétrole et du gaz.

Comprendre le vandalisme climatique actuellement en cours à l’échelle mondiale

Twitter

Grand dossier

Lettre ouverte aux nouveaux députés

Autres Grands dossiers

Taxonomie européenne

Actions contre la décision d’exclure le nucléaire de la liste des énergies renouvelables 

PNGMDR

Débat public sur le plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs

Le Manifeste

Les Voix du Nucléaire:
Le manifeste des Voix
(n’hésitez pas à le signer !)

PPE

Déébat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie

Pin It on Pinterest