#4 Le nucléaire participe à la préservation des écosystèmes aquatiques

Accueil     Non classifié(e)     #4 Le nucléaire participe à la préservation des écosystèmes aquatiques
Publié le 25/11/2021

(en limitant l’acidification des eaux, mais pas seulement)

Comment le nucléaire contribue-t-il à l’objectif de développement durable n°14 de l’ONU : préserver la vie aquatique.

La biodiversité marine est en déclin significatif à travers le monde en lien direct avec l’activité humaine. L’acidification des océans causée par le CO2 émis par les combustibles fossiles a des effets néfastes sur la vie marine et constitue une menace particulièrement grave pour les récifs coralliens du monde entier.

Ces récifs coralliens sont les nurseries des océans et plus de 25% de toute la vie marine en dépend, bien qu’ils occupent moins de 1% des fonds marins. On estime qu’ils nourrissent ainsi des centaines de millions de personnes, et rendent des services (nourriture, emplois, protection contre les tempêtes et l’érosion) d’une valeur de plus de 375 milliards de dollars chaque année.

L’énergie nucléaire joue un rôle majeur dans la limitation de l’acidification des océans et la protection de leur immense biodiversité, à la fois grâce à son empreinte carbone particulièrement faible, et du fait qu’elle ne provoque que très peu d’émissions chimiques qui polluent les cours d’eau contrairement à de nombreuses autres sources d’énergie.

Les techniques nucléaires et isotopiques peuvent également aider à comprendre les écosystèmes aquatiques, à suivre les pollutions, et à évaluer l’efficacité des techniques de nettoyage et d’assainissement.

Ces techniques peuvent aussi être utilisées pour étudier les changements passés de l’acidité des océans, ainsi que leur capacité à stocker le carbone et le rôle potentiel que cela jouera sur le climat à l’avenir.

Le rapport complet de la World Nuclear Association est disponible ici.

Partager